Lycée François Rabelais Ifs Normandie
Rejoignez-nous dans l’univers de l’accueil et du goût !

Accueil ::> Actualités. ::> Les Actions Pédagogiques ::> Sortie au théâtre pour les élèves de seconde baccalauréat technologique

Sortie au théâtre pour les élèves de seconde baccalauréat technologique

mercredi 13 janvier 2016, par Administrateur, Professeurs de Lettres.

Le jeudi 17 décembre, les élèves de seconde technologique se sont rendus au théâtre de Caen pour assister à la première de la comédie-ballet Monsieur de Pourceaugnac de Molière et Lully, dans une mise en scène de Clément Hervieu-Léger et une interprétation musicale par l’ensemble Les Arts Florissants, dirigé par William Christie. Ecoutez-les vous raconter leur expérience !

L’intrigue
Monsieur de Pourceaugnac est un Limousin qui arrive à Paris pour épouser la belle Julie. Mais Julie est amoureuse d’Eraste. Avec l’aide de Sbrigani et Nérine, les amants vont faire une série de machines pour éviter le mariage.

Le récit de notre sortie
Nous sommes partis à 18h50 du lycée pour prendre le tram à Ifs. Nous sommes arrivés au théâtre vers 19h40, l’attente fut courte. Une fois les portes ouvertes, nous sommes rentrés avec tout le monde, nous avons tous été contrôlés par des agents de sécurité. Le ticket en main, nous avons été le valider.
Nous avons été dispersés en trois groupes, un en bas à gauche de la scène, un autre à droite de la scène et un autre au deuxième étage. Le théâtre s’est rempli assez vite. La pièce commence alors et nous nous sommes plongés vite dans la comédie.
Après la fin de la représentation, nous sommes ressortis du théâtre et avons pris la route du retour. En chemin nous avons rencontré des personnes assez comiques. Le retour se fait dans le plus grand calme et chacun rentre chez soi, tout est bien qui finit bien.

JPEG - 399.4 ko

La salle et les réactions du public
La salle était grande avec beaucoup de rangées, il y avait aussi des balcons où nous étions placés avec le groupe 1. Nous étions 3 groupes de 7 élèves avec un accompagnateur. Sur le balcon, nous étions bien placés au niveau de la vue et du confort mais nous n’avions pas beaucoup de place pour nos jambes.

La réaction du public était plutôt favorable pour les acteurs ou encore le metteur en scène car il y a eu beaucoup de rires et de bonne humeur. L’ambiance était plutôt comique. Quelquefois, beaucoup de gens riaient pour des raisons quelconques que nous, en tant qu’élèves, ne comprenions pas toujours. Le public était majoritairement d’âge plutôt élevé, sauf pour quelques places où il y avait des lycéens ou des collégiens (Environ 5 lycées/collèges différents). Derrière nous, des gens plutôt âgés n’étaient pas très rassurés de voir beaucoup de jeunes devant eux mais finalement ils ont été gentils et nous ont dit : « C’est rare de voir des jeunes au théâtre, c’est plutôt bien de s’y intéresser à leur âge ».

Les acteurs
Il y avait 11 acteurs, certains jouaient plusieurs rôles, les musiciens passaient aussi de temps en temps sur scène. Le jeu d’acteur était très réussi, on voyait bien la différence entre les différents personnages que les acteurs jouaient, les accents étaient très soigneusement imités mais à cause d’eux, certains passages étaient moins compréhensibles.

La troupe
Différents acteurs ont pris part à la pièce.
Parmi eux se trouvaient :
Gilles Privat pour le Limousin Monsieur de Pourceaugnac.
Juliette Léger pour l’amoureuse d’Eraste, Julie.
Guillaume Ravoire pour le malicieux Eraste.
Daniel San Pedro pour le fourbe Sbrigani.
Alain Tretout pour le père de Julie un peut naïve Oronte.
Stéphane Facco pour plusieurs rôles : médecin, Lucette, Suisse
Matthieu Lécroart pour le 11e musicien, médecin, avocat et exempt
et d autres musiciens et acteurs…

JPEG - 35.3 ko

Les costumes
La comédie-ballet Monsieur de Pourceaugnac a été retranposée à l’époque des années 50 par le metteur en scène Clément Hervieu-Léger.
Le Napolitain Sbrigani était habillé à la mode de son pays d’origine : avec des bretelles et un tee-shirt. À cette époque de nombreux Italiens avaient gagné la France au lendemain de la guerre.
Quant à lui, Pourceaugnac s’était habillé à la mode de la cour de la campagne ; selon lui, il avait une certaine élégance avec sa tenue. Sauf que Pourceaugnac avait en réalité une tenue ridicule. Mais celui-ci n’avait pas pensé qu’il allait subir les moqueries des Parisiens. Son habit était composé d’un costume avec une cravate mais c’était un costume de provincial et plus précisément de Limoges donc les gens se moquaient de monsieur de Pourceaugnac car il n’était pas à la mode de Paris et du monde urbain.
Julie était habillée en robe rouge avec des ballerines et un peu plus tard elle a changé pour une robe jaune.
Nérine était habillée d’une robe elle aussi.
Durant toute la pièce, la troupe des Arts Florissants était présente ainsi que son chef, William Christie qui jouait du clavecin en compagnie de ses musiciens .

Les Décors :
On pouvait voir des décors des immeubles Parisiens datant de 1950 qui étaient fabriqués à l’occasion de la pièce.
Il y avait de faux bâtiments avec une armature en bois et des escaliers sur le bâtiment de gauche. On pouvait rentrer dans le bâtiment de droite et celui du milieu était une sorte de garage.

JPEG - 48.3 ko

Les impressions d’un élève : Arnaud
« C’est la première fois que je suis allé au théâtre et pour moi ( et les jeunes en général) le théâtre, c’est une activité de personnes âgées uniquement, une activité ennuyante…Or, j’ai découvert agréablement ce type de spectacle qui se rapproche un peu du cinéma, mais en « direct » : les personnages n’ont pas le droit à l’erreur. Je pense que le théâtre et la « Comédie » sont un excellent divertissement qui change de nos habitudes. Au théâtre, on peut être plongé dans la pièce, comme au cinéma dans le film, sauf qu’au théâtre, il n’y a pas d’écran, pas de scènes coupées : à la place, nous avons des personnes physiques qui donnent tout pour nous divertir, nous, spectateurs. »